Académie. > Débuter – Comprendre Ethereum, la blockchain programmable

Débuter – Comprendre Ethereum, la blockchain programmable

11 juillet 2023

Temps de lecture 7 minutes

Canelle de Balasy

Partagez cet article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

Ethereum est  la deuxième blockchain en termes de valorisation, derrière Bitcoin, et la première en termes d’usage. Le présent article a pour but de détailler les fonctionnalités de cette blockchain et de son actif principal, l’ether.

Histoire d’Ethereum

En 2013, Vitalik Buterin est un développeur Bitcoin. Il propose à la communauté l’ajout d’une nouvelle fonctionnalité:

la capacité d’exécuter des scripts et des applications plus complexes directement sur la blockchain Bitcoin elle-même. Cependant, sa proposition ne reçoit pas le soutien nécessaire de la communauté qui préfère maintenir la simplicité du code Bitcoin pour des raisons de sécurité et d’efficacité.

Devant ce refus, Buterin décide alors de créer une nouvelle plateforme blockchain qui intégrerait cette fonctionnalité : Ethereum.

Pour réaliser ce projet, Buterin s’associe à d’autres développeurs talentueux. Ensemble, ils lancent une campagne de financement participatif en 2014 et parviennent à lever plus de 18 millions de dollars en Bitcoin. En juillet 2015, la plateforme Ethereum est lancée.

En peu de temps, Ethereum est devenue la plateforme de choix pour les développeurs cherchant à explorer les possibilités de la blockchain au-delà des simples transactions de crypto-actifs. Ses contrats intelligents et son langage de programmation flexible, Solidity, ont ouvert la voie à une nouvelle génération d’applications décentralisées (dApps).

Les transactions conditionnelles

Ethereum introduit la notion de transactions programmables, ou conditionnelles. Elles permettent de définir des critères spécifiques qui doivent être satisfaits avant qu’une transaction ne soit validée. Ces critères, codés directement dans la transaction elle-même, peuvent être aussi simples ou aussi complexes que nécessaire. Une fois que toutes les conditions sont remplies, le paiement s’exécute automatiquement sans nécessiter d’intervention humaine. Cela signifie que les transactions peuvent être automatisées et exécutées avec une fiabilité et une sécurité sans précédent.

Par exemple, imaginez une transaction conditionnelle dans une application d’assurance. Il est alors possible de libérer automatiquement les fonds à un client lorsque certaines conditions sont remplies, comme des preuves documentées d’un accident ou d’un sinistre.

Les smart contracts ou contrats intelligents

La transaction conditionnelle est au cœur du concept de contrat intelligent sur Ethereum. Un contrat intelligent est, en essence, une collection de transactions conditionnelles qui sont codées dans la blockchain.

C’est un automate qui exécute des actions précises une fois que certaines conditions sont remplies. Ces conditions sont prédéterminées et codées dans le contrat lors de sa création. Une fois déployé sur la blockchain, le contrat intelligent est irréversible et ne peut être modifié, assurant une fiabilité et une sécurité maximales.

Un contrat intelligent peut également être considéré comme un serveur: à l’instar d’un serveur traditionnel, un contrat intelligent traite les entrées pour produire des sorties en fonction de règles prédéfinies. Cependant, au lieu d’être hébergé sur un ordinateur centralisé, le contrat intelligent réside sur la blockchain Ethereum. Une fois déployé, un contrat intelligent ne peut être modifié ou arrêté par une seule partie, ce qui en fait un serveur automatique, transparent et résistant à la censure. On le trouve également nommé comme dApp, pour distributed application, ou application distribuée.

Enfin, un contrat intelligent sur Ethereum possède sa propre adresse, qui fonctionne comme un portefeuille. Cette adresse peut détenir des Ether (la monnaie native d’Ethereum) ainsi que des tokens basés sur Ethereum. Cela permet au contrat intelligent de recevoir, de stocker et de transférer des valeurs de manière autonome.

Essayons de résumer ce qu’un contrat intelligent permet de faire par un exemple:

Dans une application de financement participatif, un contrat intelligent peut collecter des fonds de différents contributeurs dans son portefeuille. Une fois la campagne terminée, le contrat peut automatiquement répartir ces fonds en fonction de règles prédéfinies, telles que le remboursement des contributeurs si l’objectif de financement n’est pas atteint, ou le transfert des fonds au projet si l’objectif est atteint. Toutes ces fonctionnalités sont complètement automatisées et impossibles à modifier une fois que le contrat a été déployé. Ceci amène notamment une grande sécurité et une bonne transparence pour la gestion des fonds de notre application de financement participatif.

Les tokens sur Ethereum

Un contrat intelligent sur Ethereum peut être utilisé pour créer un token numérique unique et spécifique. Ce token peut représenter n’importe quelle valeur ou actif numérique, comme une monnaie, une part dans une entreprise, un droit de vote, ou même une œuvre d’art numérique. Le contrat intelligent définit les règles de fonctionnement du token, y compris comment il est émis, transféré, et éventuellement détruit.

Le développement de normes pour les tokens sur Ethereum a été un jalon crucial pour l’écosystème. Les normes, comme ERC-20 pour les tokens fongibles et ERC-721 pour les tokens non-fongibles, définissent un ensemble commun de règles que tous les tokens de ce type doivent suivre. Elles assurent que les tokens peuvent interagir de manière transparente avec d’autres applications, portefeuilles et échanges sur la blockchain Ethereum.

La norme ERC-20, par exemple, spécifie un ensemble de six fonctions que les tokens doivent implémenter, y compris comment obtenir le solde total de tokens, obtenir le solde de tokens d’une adresse spécifique, transférer des tokens, etc. Cela signifie qu’une application ou un échange qui peut gérer un token ERC-20 peut gérer n’importe quel token ERC-20. De même, la norme ERC-721 définit un ensemble de règles pour les tokens non-fongibles, ce qui permet aux NFTs d’être facilement échangés et possédés sur la blockchain Ethereum.

Ces normes ont été essentielles à la croissance rapide de l’écosystème Ethereum. En fournissant un cadre commun pour le développement de tokens, elles ont permis une explosion d’innovation et de créativité, tout en garantissant l’interopérabilité entre les différentes applications, tokens et services sur Ethereum.

Avant Ethereum, créer son propre crypto-actif impliquait de créer une nouvelle blockchain à partir de zéro ou de modifier une existante, ce qui demandait des compétences techniques avancées et des ressources considérables. Cela signifiait également qu’il fallait construire et maintenir une infrastructure de réseau indépendante pour chaque nouvel actif, ce qui rendait le processus encore plus complexe et coûteux.

Sans normes communes, chaque nouveau crypto-actif pouvait être incompatible avec les autres, ce qui limitait son utilité et son adoption. C’est ici qu’Ethereum a apporté une véritable révolution. Grâce à ses contrats intelligents et à ses normes de tokens, Ethereum a rendu la création d’un nouveau crypto-actif aussi simple que la rédaction d’un contrat intelligent. Ce contrat peut alors être déployé sur la blockchain Ethereum existante, bénéficiant instantanément de sa sécurité et de son réseau de consensus décentralisé.

La finance décentralisée

Ethereum a joué un rôle crucial dans l’émergence de la finance décentralisée (DeFi), un système financier ouvert et sans autorité centrale qui exploite la technologie blockchain pour offrir des services financiers traditionnels de manière transparente et automatisée. Grâce à ses contrats intelligents, Ethereum a permis la création d’applications DeFi qui remplacent ou complètent les intermédiaires financiers traditionnels, comme les banques, les courtiers et les assureurs.

Dans le domaine de la DeFi, les contrats intelligents d’Ethereum sont utilisés pour créer des protocoles automatisés pour l’émission de prêts, la réalisation d’échanges sans intermédiaire (également appelés DEX pour Decentralized Exchanges), la fourniture de services d’assurance, la réalisation de swaps de taux d’intérêt, et bien plus encore. Des projets populaires de DeFi sur Ethereum comprennent Uniswap, Compound, Aave, MakerDAO et Yearn.Finance, qui offrent un large éventail de services financiers décentralisés. Ensemble, ces projets ont permis de bloquer des milliards de dollars de valeur sur la blockchain Ethereum, offrant des rendements potentiellement élevés pour les utilisateurs et redéfinissant le paysage financier mondial.

Les différences entre Bitcoin et Ethereum

Bien que Bitcoin et Ethereum soient tous deux des cryptomonnaies basées sur la technologie blockchain, elles ont des objectifs, des fonctionnalités et des philosophies très différents.

En termes de fonctionnalités, Bitcoin est assez simple : il permet aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir des bitcoins et peu d’autres choses.

Ethereum, on l’a vu, se distingue d’abord par les notions de transactions conditionnelles, de contrats intelligents, et d’applications de finance décentralisée.

Bitcoin génère un nouveau bloc de transactions toutes les dix minutes. Pour Ethereum, c’est un nouveau bloc toutes les 12 secondes. Ceci peut être particulièrement utile pour les paiements du quotidien: si vous devez attendre une dizaine de minutes pour votre paiement, votre café sera froid.

Bitcoin utilise la preuve de travail (Proof of Work) pour sécuriser son réseau et limite la création de nouveaux Bitcoins par le biais du minage à une limite absolue de 21 millions d’unités.

Ethereum utilise la preuve d’enjeu (Proof of Stake) pour valider ses transactions. Infiniment moins gourmande en énergie, cette méthode permet également à ses utilisateurs de participer au système de staking, qui génère des revenus additionnels tout en participant à la sécurisation du réseau. Il n’y a pas de limite absolue au nombre d’ethers créés par le protocole.

Sur Bitcoin, chaque transaction envoyée sur le réseau doit payer une commission, qui est versée aux mineurs. Sur Ethereum, il y a deux mécanismes simultanés: un de création monétaire par le biais du staking, et un de destruction monétaire: les commissions de toutes les transactions sont détruites. Ces deux mécanismes s’équilibrent, ce qui implique qu’Ethereum est un actif beaucoup moins inflationniste que Bitcoin.

Ethereum face à Bitcoin comme produit d’investissement

Même si Ethereum a des fonctionnalités et des utilisations plus avancées par rapport à Bitcoin, il n’a pas dépassé Bitcoin en termes de capitalisation pour plusieurs raisons.

Premièrement, Bitcoin bénéficie d’être le premier sur le marché. Beaucoup de gens connaissent Bitcoin, mais ne sont pas aussi familiers avec Ethereum ou d’autres cryptomonnaies.

Deuxièmement, Bitcoin est perçu par beaucoup comme un “or numérique”. Sa principale fonction est de servir de réserve de valeur, et elle a prouvé son efficacité en tant que tel dans des situations de crise économique ou de forte inflation. D’un autre côté, Ethereum est plus souvent perçu comme une plateforme pour les applications décentralisées et les contrats intelligents, ce qui est un concept plus complexe et difficile à comprendre pour beaucoup.

Cela dit, l’écart entre Bitcoin et Ethereum a diminué avec le temps et Ethereum a gagné beaucoup de terrain grâce à la croissance du secteur de la finance décentralisée (DeFi) et de la popularité des NFTs, qui sont principalement basés sur la plateforme Ethereum.

En conclusion, Ethereum représente une avancée majeure dans la technologie blockchain et la finance décentralisée. Né de l’esprit visionnaire de Vitalik Buterin, Ethereum a étendu la promesse de la blockchain au-delà du simple transfert de valeur qu’offre Bitcoin. Grâce à sa capacité unique à exécuter des contrats intelligents, Ethereum a permis l’émergence d’un écosystème dynamique d’applications décentralisées (dApps) et de tokens numériques.

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !