Analyses économiques

Ethereum Classic subit une attaque 51%

Coinhouse team – 8 Jan 2019

Dimanche 6 janvier, Ethereum classic (ETC) a été victime d’une attaque dite 51%. Près d’un million de dollars en ETC auraient été dérobés par les auteurs de cette attaque utilisant la technique du double spending, rendue possible par les problèmes de capacité de minage de la chaîne ETC. Retour rapide sur les événements.

À l’origine, un fork d’Ethereum

Ethereum Classic (ETC) est né d’une divergence idéologique au sein des équipes d’Ethereum, qui a mené à la séparation en 2016 de la blockchain Ethereum en deux lors d’un Hardfork, suite au problème de la DAO. Côté en 2016 jusqu’à 40% de la valeur d’Ethereum, le projet a peu à peu perdu en intérêt jusqu’à être violemment impacté par le bear market de 2018.

Un projet à l’abandon

Plus de deux ans plus tard, cette blockchain est plus ou moins en état d’abandon.

Sa valorisation actuelle représente 3,2% de celle d’ETH. Etcdev, l’équipe principale de développeurs du réseau a annoncé la fin de leurs opérations fin 2018, faute de fonds :

Sans remettre en cause les bonnes intentions de cette équipe, on pouvait constater que la majorité du travail sur Ethereum Classic consistait à reprendre les améliorations d’Ethereum pour les répliquer sur le réseau sans proposer de fonctionnalités démarquantes. Ce sont donc bien les équipes d’Ethereum qui ont toujours été à l’origine des améliorations, faisant de ce cryptoactif un projet solide avec des équipes de développement actives. C’est l’une des raisons pour la laquelle Coinhouse a décidé de proposer Ethereum à l’achat et à la vente, contrairement à Ethereum Classic qui n’a jamais fait partie de notre liste des actifs à suivre.

L’attaque du double-spending : le beurre et l’argent du beurre

Ce qui fait que le minage rend une blockchain sécurisée, c’est que les mineurs sont nombreux à essayer de résoudre un ‘’problème crypto-mathématique’’ pour valider les transactions et générer en récompense une quantité du cryptoactif en question. Lorsque la résolution de ce problème demande beaucoup de puisssance de calcul, il est improbable qu’un seul individu ou qu’une seule entité soit à même de manipuler le système. Nous avons détaillé comment se déroule ce type d’attaque dans cet article.

En analysant la puissance de calcul dédiée à ETC au cours des derniers jours, il est facilement observable qu’un acteur unique a dédié une puissance de calcul considérable au minage de l’ETC lors des attaques (vert foncé sur le graphique ci-dessous) :

ETC, victime idéale de ce type d’attaque ?

Ethereum classique étant un clone d’Ethereum, le matériel nécessaire pour participer au minage est donc le même, principalement des cartes graphiques.

La puissance de calcul dédiée a ETC est cependant vingt fois moins importante que celle dédiée à Ethereum. Dès l’attaque terminée, le matériel dédié à l’attaque peut être réaffecté au minage sur Ethereum.

Plus simple encore : il suffit de louer le matériel à des mineurs pour mener une telle attaque. NiceHash, plateforme spécialisée dans la mise à disposition de puissance de calcul permet pour moins de 5000$ de devenir un mineur majoritaire sur ETC pendant une heure.

Ethereum Classic dispose de blocs de 15s, une heure d’attaque permet en théorie la production d’un historique “secret” de 240 blocs, un nombre bien supérieur aux “confirmations” exigées par la plupart des exchanges pour libérer les fonds. Ces attaques ayant porté sur un montant estimé à 1M$, l’opération semble extrêmement rentable.

Le site crypto51.app recense le coût théorique d’une attaque sur de nombreuses  blockchains ainsi que sa faisabilité via la plateforme NiceHash.

Autant le site permet de se rendre compte qu’une telle attaque est quasi-impossible sur le Bitcoin, autant Ethereum Classic était le bon candidat : c’est un actif listé par un nombre important de plateformes d’échange et qui dispose d’un volume significatif, rendant l’opération plus facilement rentable. La plateforme Gate.IO a par exemple admis s’être fait voler 40000 ETC lors de cette attaque. Une telle situation ne pourrait pas avoir lieu pour les clients de Coinhouse puisque nous vous livrons vos cryptoactifs directement dans votre portefeuille personnel.

Non, ETC ne va pas mourir

Ethereum classic, créé en 2016 pour des raisons idéologiques vit actuellement ses moments les plus difficiles mais cela ne signifie pas forcément que cette blockchain va “mourir” et rejoindre la liste de Dead Coins. Même sans équipe de développement, même sans plateforme sur lequel l’échanger, la Blockchain est la technologie de la résilience, et tant que des personnes dédieront de la puissance de calcul au réseau, de nouveaux blocs s’ajouteront à cette monnaie qui restera donc “fonctionnelle”.

Il est cependant fort probable que la confiance et la valorisation de cet actif sera durablement impactée par ces attaques. Plusieurs places de marchés ont immédiatement mis en pause le trading sur cet actif et il est probable que le nombre de confirmations nécessaires pour interagir avec ETC augmente significativement, ralentissant d’autant plus les échanges.

En définitive, cette attaque est une nouvelle sonnette d’alarme pour les plateformes d’échange, qui à chaque fois qu’elles listent une cryptomonnaie avec une capacité de minage faible courent le risque de se voir ‘’cambrioler’’. Cet état de fait pourrait les inciter à se concentrer sur un nombre de plus en plus réduit d’actifs.

Devenez un investisseur averti !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez un condensé de l’actualité décryptée par nos experts

Votre email est en sécurité, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partages