This website is available in your language $languageName   EN Close

Solidarité Ukraine, nous accompagnons vos dons.  En savoir plus

Entretien Vidéo > Entretien avec … Sébastien Borget, Co-fondateur et COO de The Sandbox, par Coinhouse

Entretien avec … Sébastien Borget, Co-fondateur et COO de The Sandbox, par Coinhouse

23 novembre 2022

temps de lecture 4 minutes

avatar-auteurCanelle de Balasy

Partagez cette article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp
Découvrez The Sandbox, l’incontournable métaverse, à travers son co-fondateur Sébastien Borget. 

 

Bonjour, je m’appelle Sébastien Borget, je suis le COO et co-fondateur de The Sandbox. 

Coinhouse : A l’origine, c’était quoi, The Sandbox ? 

Si on remonte à 2012, effectivement, The Sandbox, c’était un jeu vidéo mobile sur iPhone et Android, avec une idée très simple. L’idée de permettre à n’importe quel joueur de devenir un créateur, juste du toucher du doigt sur un écran tactile. Pouvoir donner vie à des mondes en 2D, en pixel art, et les partager dans une galerie en ligne où d’autres utilisateurs vont pouvoir les essayer. On a rencontré un franc succès, avec un peu plus de 40 millions de téléchargements sur la vie du jeu, 70 millions de créations faites par les utilisateurs. 

Coinhouse : Aujourd’hui, c’est quoi ? 

Sandbox est devenu un monde virtuel. On participe à la création du métavers et dans ce monde virtuel, les utilisateurs peuvent posséder une partie d’une carte, un Land. Un Land, en fait, c’est un NFT, une parcelle de terrain virtuel, où les utilisateurs vont pouvoir publier une expérience et la rendre accessible à tous les joueurs par le biais de leur avatar.

Coinhouse : Quelles ont été les étapes de construction de The Sandbox ? 

 En fait, ce que les gens ne savent pas forcément, c’est que l’aventure de Sandbox, elle a pris du temps, elle a évolué, c’est notre vision. On a toujours eu cette vision, dès le départ, de vouloir donner plus de liberté, plus de pouvoir aux joueurs, aux créateurs, et de leur permettre même, non seulement de posséder leurs contenus, de les monétiser et de la manière dont ils le souhaitent, mais aussi de pouvoir s’amuser avec, de manière beaucoup plus créativement. C’est une aventure qui a démarré, comme je le disais, il y a plus de dix ans maintenant. Et lorsqu’on a commencé à utiliser les NFT, très peu de personnes ont cru en notre capacité à développer ce monde virtuel, à lui donner vie. Pourquoi vouloir ajouter des NFT à un Minecraft ? Si Minecraft avait des NFT, ça pourrait suffire en fait, pas la peine d’en développer un nouveau. En fait, les gens n’ont pas compris que pour construire un monde nouveau, où les utilisateurs sont créateurs et possèdent, contribuent et sont récompensés par rapport à leur implication et à la croissance et au développement de ce monde virtuel, il fallait démarrer sur une nouvelle base, une base communautaire qui place l’utilisateur au centre et qui utilise cette technologie et le Web3 dès le départ. C’est ce qu’on a fait, et après, au fur et à mesure, à cette vision de créer un métavers largement généré par les utilisateurs, rajouter de la culture à ce métavers, notamment grâce aux marques. Là aussi, pour la petite histoire, les premières marques, il nous a fallu plus d’un an pour les convaincre de rentrer dans Sandbox. Je pense aux Schtroumpfs, je pense à The Walking Dead, et au fur et à mesure, avec beaucoup de patience, de persévérance et surtout en démontrant notre capacité à construire l’utilité concrète de ces NFT dans le métavers, l’utilité des langues, notre capacité à créer une communauté très inspirée qui utilise ces outils pour donner vie à ces expériences, on a fait rentrer de plus en plus de marques et de célébrités. Snoop Dogg, Steve Aoki, Ubisoft, Warner Music, Adidas, Gucci, plus de 400 marques de partout dans le monde. Ça aussi, c’est un élément très intéressant. On crée le métavers pour qu’il soit sans frontières. Métavers, c’est un nouveau pays, une nouvelle nation numérique. Les utilisateurs en sont les citoyens. Les Lands sont les nouvelles parcelles qui vont héberger ces expériences. C’est un monde vibrant, et qui va aussi offrir des opportunités de travail, des nouveaux métiers, et surtout, une immersion qui ne dépend pas seulement d’une technologie qui pourrait être un casque de réalité virtuelle, mais une immersion qui dépend surtout du développement et de l’implication des utilisateurs et qui va contribuer à aider au développement d’une économie numérique ouverte.

Coinhouse : le métatarse, c’est vraiment le futur ? 

 Je pense que nous allons passer une partie croissante de notre temps dans le futur. On va y aller pour découvrir, pour jouer, pour socialiser, faire des rencontres, mais aussi pour travailler, pour s’éduquer. Et tous les secteurs de l’industrie et de notre vie vont pouvoir s’entremêler dans le métavers. Et donc oui, c’est le futur. On est tous à la recherche d’un nouvel univers où on va avoir des connexions plus proches avec les marques, avec des célébrités. On est tous à la recherche de sens, en fait. Et le Web2 ne nous a pas apporté ces réponses, le Web2 nous a montré ce qui était un peu, entre guillemets, une culture de masse non différenciée et la collecte massive des données pour les réutiliser à des fins publicitaires. Le métavers va surtout miser sur la créativité, sur l’expérience avant tout. 

Coinhouse : en quoi le monde virtuel de The Sandbox utilise-t-il le concept de DAO ? 

Dès le départ, notre vision pour Sandbox, ça a été que la communauté va posséder l’intégralité des tokens de la plateforme, que ce soit le Sand, le token utilitaire de la plateforme, que ce soit les terrains, les Lands. 100 % de ces tokens vont être possédés par la communauté. Et donc, l’étape logique suivante, c’est qu’en détenant ces tokens, non seulement on détient une partie du métavers, du contenu, mais aussi de décisions qui vont régir ce monde virtuel nouveau, cette nouvelle nation numérique. Participer à des décisions importantes, par le biais d’une DAO, une organisation décentralisée et autonome, où les utilisateurs vont pouvoir choisir les priorités à accorder dans la roadmap de développement, décider de ce qui pourra être fait des terrains de réserve, des animations, du featuring, des nouveaux créateurs qui seront mis en avant… Et un certain nombre de paramètres, de sorte à ce que ce monde soit non seulement détenu, mais aussi gouverné par la communauté elle-même. 

Coinhouse : Merci Sébastien ! 

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.