Analyses économiques

Si la Chine interdisait le minage, le Bitcoin pourrait-il disparaître ?

Manuel Valente – 19 Avr 2019

La rumeur du gouvernement chinois qui viserait à interdire le minage du Bitcoin sur son territoire se propage dans les médias. Certains prétendent que le Bitcoin n’y survivrait pas, d’autres parlent d’un salut environnemental en pointant du doigt la consommation d’énergie du minage. Au-delà de ces annonces anxiogènes, nous voyons ce qu’il en est exactement.

Comme nous l’avons déjà expliqué, le minage est l’activité informatique, par analogie avec les mines d’or, permettant de générer de nouveaux bitcoins, tout en vérifiant la validité de toutes les nouvelles transactions à insérer dans la Blockchain Bitcoin. C’est donc un mécanisme essentiel à son fonctionnement et à sa sécurisation.

Une décision loin d’être effective

En remontant à la source de l’information, on trouve ceci : La Commission Nationale du Développement et de la Réforme, qui est l’agence d’état qui formule les politiques macro-économiques chinoises, envisage d’ajouter à la liste des activités industrielles à décourager ou à interdire, le minage de bitcoins. La cause principale semble être l’impact environnemental et les rejets de CO2 que cette industrie génère, malgré le fait que cet argument ait été réfuté à plusieurs reprises. Si cette agence d’Etat décidait de mettre le minage de bitcoins sur la liste en question, l’exécutif chinois devrait encore approuver cette décision pour qu’elle devienne effective.

Outre le fait qu’il peut sembler étonnant que le gouvernement chinois s’intéresse à l’écologie, face aux multiples exemples de gestion douteuse de l’environnement dans ce pays, il faut noter qu’aucune décision n’est actuellement prise, et que de nombreux acteurs devront probablement se prononcer avant qu’elle ne devienne effective.

Le minage du Bitcoin pollue ? Un argument largement exagéré

Même en Chine, une grande part du mix énergétique des fermes de minage inclut des énergies renouvelables provenant de panneaux solaires ou des barrages hydro-électriques. Une énergie qui serait la plupart du temps perdue si elle n’était pas utilisée. Au final, le Bitcoin pourrait accélérer la transition énergétique en augmentant la rentabilité des sites de production d’énergie renouvelable.

bitcoin green energy

Une limitation du minage du Bitcoin plus qu’une interdiction

Encore faut-il comprendre qu’on ne parle pas forcément d’interdiction de l’activité de minage en Chine : l’agence en question peut prononcer des limitations sur cette activité en augmentant par exemple les impôts auxquels elle est soumise, limitations qui pourraient éventuellement être levées si les mineurs commençaient à se connecter électriquement à autre chose que des centrales au charbon.

Supposons cependant qu’une décision d’interdiction pure et dure soit prise à l’encontre des mineurs chinois. Que se passerait-il ? Tout d’abord, il faut se souvenir que depuis plusieurs années, beaucoup de personnes s’inquiètent justement de la trop forte concentration de l’activité de minage en Chine, avec toutes les conséquences en matière de centralisation et de problèmes géopolitiques que cela peut entraîner. Si une telle décision avait lieu, il y aurait immédiatement une forte baisse de la concentration de l’activité de minage. De quoi se plaint-on ?

La sécurité du réseau Bitcoin serait-elle fragilisée en cas d’interdiction ?

Le plus probable serait évidemment que les mineurs chinois déplacent leurs activités sous des cieux plus cléments et frais, comme au Canada ou en Islande. Dans ce cas, l’impact serait absolument nul, sauf en termes économiques pour les pays qui accueilleront ces transfuges, et où la plupart de l’électricité produite l’est à partir de sources renouvelables. Des conséquences globalement positives, donc.

Considérons enfin le pire des cas : les mineurs ne trouvent aucun pays dans lequel transférer leurs activités, ne parviennent pas à revendre leur matériel, et jettent le tout au rebut. La puissance de calcul disponible sur le réseau de minage s’effondrerait brutalement, ralentissant immédiatement la validation de toutes les transactions. Alors oui, pendant quelques jours, il y aurait de forts retards sur le réseau et les commissions sur les transactions augmenteraient brutalement.

Le protocole Bitcoin est extrêmement résilient

secure blockchain bitcoin

Par ailleurs, le protocole Bitcoin modifie la difficulté de minage automatiquement, tous les 2016 blocs, soit tous les quinze jours environ. À la vérification suivante, les choses reviendraient à la normale par la baisse de la difficulté de l’algorithme, et le retard serait rapidement absorbé. Cette incroyable résilience du réseau fait partie de ses nombreux avantages qui nous font proposer d’acheter du Bitcoin depuis 2014.

Même avec une baisse de 75% de la capacité de calcul sur le réseau, la sécurité ne serait pas remise en cause. La rentabilité augmentant fortement, les autres mineurs mettraient probablement de nouvelles machines en ligne, et on pourrait rapidement revenir à la situation initiale.

En conclusion, l’annonce de la Commission chinoise a causé beaucoup de peur et d’inquiétude auprès du grand public, mais la réalité est beaucoup moins anxiogène: il n’est pas certain que la Commission propose officiellement une limitation ou une interdiction du Bitcoin, ni que le gouvernement chinois suive son avis. S’il le fait, les mineurs quitteront le pays. Et s’ils ne le peuvent pas, le réseau continuera à fonctionner de façon aussi sécurisée, mais plus décentralisée. Ce n’est pas ce que tout le monde souhaite ?

Les cours en direct

Nom Prix
bitcoin
Bitcoin (BTC)
€7,412.33
ethereum
Ethereum (ETH)
€162.92
litecoin
Litecoin (LTC)
€49.85
ripple
XRP (XRP)
€0.263
maker
Maker (MKR)
€448.33

Devenez un investisseur averti !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez un condensé de l’actualité décryptée par nos experts

Votre email est en sécurité, vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Partages