This website is available in your language $languageName   EN Close

Solidarité Ukraine, nous accompagnons vos dons.  En savoir plus

Retrouvez toute l'actualité Crypto. > Dossiers > Entretien avec Nathalie Badreau : le choix des avatars en entreprise

Entretien avec Nathalie Badreau : le choix des avatars en entreprise

24 octobre 2022

temps de lecture 10 minutes

avatar-auteurChloe Bellanca

Partagez cette article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

“-Bonjour Nathalie,

-Bonjour Johann,

-T’es consultante, spécialiste des mondes virtuels, également fondatricedu labo de recherche,Communication et Monde Virtuel à l’ISCOM.

– Un petit peu une exploratrice des métaversessi je ne dis pas n’importe quoi.

-Tout à fait.

Je suis très content de te parler aujourd’hui, on entend de plus en plus parler des avatars dans le métaverse, en tout cas en entreprise. D’ailleurs, Microsoft a annoncé la semaine dernière, qu’il était possibled’intégrer les avatars animés dans Teams, le logiciel de visio d’entreprises.C’est ce qui a déclenché la première conversation.

-Tout à fait. 

-Est ce que tu peux nous dire de quoi on parle exactement ? Avatar, métaverse. Pourquoi on est là aujourd’hui ?

-Eh bien écoute, on parle de quelque chose de crucial dans la mesureou s’il n’y a pas d’avatars,il n’y a pas de métaverse.Parce que pour accéder à toutes métaverses que se soit, un jeu vidéo ou métaverse comme Horizon de Meta, on est obligé,de rentrer dans la peau d’un avatar et de se servir de son propre avatar, une forme d’extension de soi-même, avec laquelle on va parcourir les univers.Et aujourd’hui, ces avatars arrivent au travail.

– Ça veut dire que demain, concrètement, en entreprise, en réunion, en visio, je vais avoir la possibilité, en tout cas, plutôt que de me montrer, montrer un avatar de moi, c’est ça ?

-Tout à fait.

  • Que je peux choisir librement ? Ou comment on envisage la chose ?

Là est le problème.Choisir librement, ça va vouloir, ça va impliquer, pas mal de nouvelles composantes en terme de management et de culture d’entreprise, figure toi, parce que est-ce que tu penses que tu serais capable d’allerchoisir un avatar en forme de banane ?

– En forme de banane ?

-C’est à dire que j’arrive en réunion et que je ressemble à une banane ? donc je dois être crédible.

– -Tu dois être crédible en banane.

– Pourquoi tu ne choisirais pas un avatar en banane si on te donne le droit de choisir un avatar en banane ? Parce qu’on me donne le droit ?

– Alors la est le problème. Ce qui se pose en ce moment, auprès des entreprises qui réfléchissent, c’est est ce qu’on va donner accès au droit à choisir n’importe quel avatar ?C’est à dire, c’est pas parce que je suis un garçon que j’ai une chemise bleue et une fille une robe verte ou rose,

-Ou verte.

– Justement.

Ou alors est-ce que les entreprises vont imposer des avatars ? Justement, les hommes en bleu, les femmes en rose,ou les manageurs en blanc et les autres en une autre couleur. Ou alors est ce que tu vas pouvoir arriver au travail avec,

“ Je choisis mon avatar et je suis dans la mesure d’incarner qui je veux lors d’une réunion.”

– Ça veut dire que concrètement, ça c’est une question que les entreprises se posent ? Est-ce qu’elles doivent imposer un avatar quel qu’il soit ?

Bleu, rose, blanc, manager, pas manager, ou laisser la liberté aux collaborateurs de choisir leur propre avatar ?

– Je vais t’aiguiller sur la problématique que rencontrent les entreprises, que vont rencontrer les entreprises, qui sont, alors il faut que je te le dise, en ce moment, certaines entreprises réfléchissent véritablement à des chartes, des chartes internes sur l’utilisation des avatars.

– Pourquoi ? Parce que l’on sait que déjà le choix d’un avatar, ce n’est pas anodin. Est-ce que, Johann, si je te demande, Johann, à partir de demain, tu dois choisir un avatar au travail qui va te servir dans tes relations client, dans ton management, dans tes relations fournisseurs, à tout moment de ta journée professionnelle, et tu as le choix de devenir  qui tu veux, pendant cette journée sans jamais pouvoir en changer.

-Ok, donc ça veut dire qu’il faut être crédible,

-Devant tous ses interlocuteurs ?

– Tout à fait. Probablement aussi un peu sympa, en fonction du moment de la journée ou avec à qui on s’adresse. Qu’est ce qu’il y a d’autre à envisager ?

– Crédibilité, sympathie, une part d’humain, sûrement.

Alors, je ne t’ai pas donné toutes les composantes, parce que nous n’avons pas encore parlé de quelque chose de très important, qui s’appelle l’effet Proteus. L’effet Proteus,

Il est prouvé que très concrètement, si tu réunis ton équipe pour leur annoncer, qu’ils n’auront pas d’augmentation cette année, et que tu choisis de le faire en Robin des Bois, eh bien les gens seront beaucoup plus compatissants avec toi parce que tu es Robin des Bois, un altruiste.

Par contre, tu réunis la même équipe et tu leur dis tu leur annoncela même mauvaise nouvelle, mais tu te mets en Dark Vador,ou Terminator, alors tu risques vraiment de créer de la colère. Donc ça veut dire qu’il faut être Robins des bois le matin,pour annoncer les mauvaises nouvelles aux équipes, mais qu’il faut être Dark Vador l’après-midi avec les prestataires ?

Il faudrait pouvoir. Et du coup on pourrait même changer ? On pourrait même imaginer, avoir deux, trois, quatre, une valise d’avatars en fonction de la situation ?

Tout à fait.Mais ce qui veut dire que l’entreprise ne serait plus jamais qui tu es vraiment,puisque il faudrait que je me souvienne que dans une réunion, Johann, peut être un coup, un avatar ou un coup, une fée clochette.

Il y a que la voix qui change pas. Il n’y a que la voix. Et alors attend, ce que nous annonce Microsoft,Et ça c’est assez, assez puissant en terme d’avatar.

C’est que ces fameux avatars qu’on va utiliser au travail, donc on pourra choisir plus ou moins selon les entreprises, qui on veut représenter et à quel moment, mais aussi on pourra choisir sa voix, et on pourra avoir des réunions avec ses collègues du monde entierparce que la traduction sera instantanée, c’est à dire que tu pourras parler avec tes copains coréens comme si c’était des Français, et eux avec toi, comme si tu étais Coréen.

– Donc concrètement, moi demain je peux bosser dans une entreprise coréenne, sans parler coréen.

-Tout à fait. Ressembler à quelque chose que je ne suis pas. Et parce que j’aurai les compétences. Être intégré dans cette entreprise comme un membre, comme un collaborateur lambda.

-Tout à fait. OK, donc en fait on devient, je schématise volontairement, je dramatise, je ne sais pas, un ensemble de compétences, porté par une image, ou en tout cas des vecteurs que je choisis, ou qui me sont imposés.

-Tout à fait. Qui ne sont pas les miens. Mais ce qu’il faut comprendre.Ce qu’il faut comprendre dans ce qui arrive, c’est que c’est une problématique générationnelle. Parce que pour toi, pour moi, aujourd’hui, on s’en parle, parce qu’on se dit

-Ohlala, manager en avatar, mais qu’est ce que c’est que cette idée, saugrenue. Alors que les jeunes générations, les générations Z et Alpha, ça fait des années, qu’ils ont justement, cette notion de deuxième soi, c’est à dire au travers des réseaux sociaux, quand il s’expose avec des filtres etc.. et dans les jeux vidéo, ça fait des années que ces jeunes sont habitués, à avoir un avatar dans Fortnite, un avatar dans Roblox, et que cette extension d’eux-mêmes, c’est quelque chose de complètement naturel.

Donc ce que nous on prend pour, “Ohlala, mais qu’est ce que c’est encore que cette histoire d’avatar au travail” comme quelque chose de, “Ou qu’est ce qui se passe ?”, “Ohlala, on a peur.”

Exactement comme quand les réseaux sociaux sont arrivés. On ne comprend pas bien ce qui ce passe parce qu’on n’a pas les codes, alors que ces générations qui arrivent, ont les codes et elles savent très bien gérer la notion d’avatar.

Mais alors juste si je tire encore un peu la corde, la ficelle. Une femme demain qui décide d’être un homme dans

un métaverse, dans un cadre professionnel, elle décide de se séparer d’une partie de son identité qui potentiellement

peut l’amener à un problème de plafond de verre ou de crédibilité dans un milieu très masculin.Elle s’en débarrasserait du coup volontairement. A contrario, si elle décide de garder son identité, son genre fémininvou même un homme qui décide de prendre une identité féminine, du coup assume,porte quelque part cette identité choisie et qui va pas forcément, dans toutes les situations, l’aiderqq, en tout cas, aujourd’hui dans encore pas mal de situations, c’est ça ?

-Tout à fait.

– Et ça va encore plus loin parce que parfois on peut décider, on peut être plus fort et meilleur parce qu’on a un avatar, parce que normalement on est timide, par exemple la timidité, quelque chose qu’on connaît bien en réunion, alors que si j’ai mon avatar de Dark Vador d’un seul coup, j’ai envie de prendre la parole.

Par contre, en ce qui en ce qui concerne les problèmes de diversité ou de personnes en capacité diminuée, etc.. il y a des gens qui préfèrent se dire qu’ils vont prendre l’avatar de quelqu’un qui a deux jambes alors qu’ils n’en ont pas deux.

Il va falloir composer avec les gens qui veulent afficher leur handicap, leur couleur de peau par exemple, ou les gens qui vont vraiment profiter de la situation “avatar”, pour “masquer leurs défauts”, si on a des défauts. Et puis après se pose le problème de savoir si on impose justement des avatars.

– Est-ce qu’on va imposer dans la société du blanc, du noir, du jaune, du binaire, du nom genré ? Ça va être très très compliqué. D’ailleurs, on devient des robots, on est tous les mêmes en fonction de son niveau hiérarchique ou de son ancienneté dans la boite. On est, on ressemble à son voisin. On ressemble ou pas, parce que si les sociétés se décident, si les entreprises décident que chacun peut faire comme il veut alors, alors ça engendre d’autres problèmes justement.

Et la charte, Quand je parle de charte, c’est compliqué pour les RH, ça va être un casse-tête, ça va être un casse-tête avec les syndicats, parce qu’à tous les échelons quand on réfléchit un peu, de façon éthique, de façon culturelle ou de façon management pure, en quelque sorte, il y a des écueils.

Moi, je parle avec mes DRH, maintenant je les appelle, je plaisante en leur disant que c’est des futurs DRA, des directeurs des ressources d’avatars. Mais ça veut dire aussi tu parles des DRH, mais ça veut dire auss qu’en entretien d’embauche, on peut se présenter du coup comme on veut, avec l’apparence qu’on veut, la voix et voir la langue parlée qu’on choisit.

Donc encore une fois, je viens avec mes mes compétences et une apparence choisie.Qu’elle me favorise, m’avantage ou pas. Par contre ce qui va manquer en entretien d’embauche, c’est tout ce qui est gestuelle et signe,

– Non verbaux. Exactement signes non verbaux.

Ça c’est compliqué, alors ça peut servir, ça peut desservir. Franchement, pour l’instant, je n’ai pas encore de chiffres, j’aime bien avoir des chiffres sur lesquels m’appuyer, des études sur lesquels m’appuyer.

Il n’y a pas assez d’études pour savoir si les recruteurs sont plus satisfaits quand ils ont embauché à partir d’un avatar, en tous les cas en première approche, je n’ai pas encore de chiffres concrets, mais c’est une question qu’il faut se poser absolument, oui.

En communication orale, on a tendance à dire que je sais plus si c’est 93 ou 97 % des messages qu’on transmet ne passent pas par les mots, 93 ou 97%, c’est beaucoup.

C’est justement par le non verbal. Là, le non, il est laissé entre les mains de l’avatar, la techno, le device.

En tout cas, pas entre les mains du naturel du corps. Et on se lance dans ce genre de relation.

Alors c’est très dit comme ça, parce qu’on a quand même soulevé pas mal de points négatifs ou en tout cas de points effrayants.

J’ai quand même cherché, j’ai réfléchi à des avantages à aller dans ce monde- là et à adopter ces méthodes.

J’en ai identifié quelques uns, notamment un dans le cadre ou une équipe ne serait pas géographiquement ensemble ou pas souvent.C’est agréable aussi de se dire que, alors je projette un peu dans un métaverse, mais qu’on peut se retrouver dans un monde virtuel.

En étant ensemble et puis du coup, ressembler un peu à ce à quoi on veut ou se montrer sous son meilleur jour.

Mais est-ce qu’il y a d’autres avantages à endosser un avatar ou à travailler via le métaverse ?

Personnellement, quand je suis dans mon avatar, dans Horizon Work pour ne pas le citer, que j’y travaille, je suis beaucoup plus engagé, beaucoup plus concentré et beaucoup plus avec ce sentiment de présence que quand je suis devant un Teams.

Pendant 1 h, je peux me faire les ongles tranquillement en arrêtant ma caméra. Quand je suis dans Horizon Work Room, je suis obligé de bouger parce que mon avatar, Il suit ma tête et mes mains sont traqués.

Donc en fait, si je décide de me limer les ongles, tout le monde va le voir dans la réunion, d’accord. Et finalement, ce sentiment de présence qu’on a à être tous autour d’une table, véritablement, même si on est comme tu dis dans le Larzac ou à Hong-Kong, avec cet audio spatial qui fait que, si tu parles de loin, si tu parles de près, je t’entends exactement comme si on était dans la même pièce.

Ça engage beaucoup plus, j’ai l’impression d’avoir une réunion beaucoup plus productive.

Je ne fais pas de publicité, mais beaucoup plus productif que lorsque je suis dans une réunion Teams. Par contre, je vous le dis tout de suite, rien ne remplacera, le fait de pouvoir être ensemble autour d’une table.

Avant d’en arriver à cette conclusion, il faut remonter quelques secondes en arrière, que je comprenne bien et que tout le monde comprenne bien, la situation que tu viens de décrire, c’est une situation ou on met un casque de réalité virtuelle ?

– Tout à fait. Donc les mouvements, les déplacements dans l’espace, c’est parce que t’as un casque de réalité virtuelle et que tous tes mouvements et tes impressions sont dans ce monde là.

Ce qui est effectivement complètement différent d’être face à son ordinateur avec cette mosaïque de visions qu’on connait tous maintenant, sur les réunions, sur les réunion visio, ou d’ailleurs, on contrôle aussi son image.

Parce que finalement on a vu d’ailleurs de façon même, ironique pas mal de vidéos tournées ou les gens coupent, le son, passent plus de temps à se regarder, eux, qu’à regarder les autres membres de la réunion.

– Ça arrive aussi.

D’ailleurs, pour la petite anecdote, on a déjà eu ici, chez Coinhouse, pour un tournage, quelqu’un qui vous avait demandé à appliquer un filtre,  pour la caméra, donc on est pas très loin de se qu’on raconte la.

En tout cas, on sent bien que la démarche, je ne dirais pas qui c’est, on a eu cette demande,

il y a quelques temps. Voilà contrôle de l’image et de l’apparence.

– Alors rien ne remplace la vraie vie.

-Est-ce que ça sous-entend et j’espère que oui, donc s’il te-plaît, dis-moi oui, et soit sincère, que c’est un outil qui va apporter de la valeur supplémentaire plutôt que de remplacer, certaines réunions, certaines façons de travailler.

Parce que dans ce cadre là, ça pourrait être intéressant. Évidemment, si ça vient remplacer tous nos contacts, ça l’est un peu moins.

– Mais tu l’as parfaitement bien dit.

-C’est ça, il faut trouver la valeur ajoutée.

En fait, c’est réunion avatar, on ne va pas toutes les faire toute la journée. On ne va pas passer notre temps en avatar. L’idée, c’est d’y trouver une valeur ajoutée. C’est bien plus pratique aujourd’hui de faire des réunions sans prendre l’avion, sans dépenser beaucoup d’argent. On se met tous autour d’une même table virtuellement ou je peux décider de mettre un décor de montagne, etc.. pour faire plaisir à mes gens de la montagne,

et d’être ensemble au même moment, à un moment ou c’est opportun de le faire. Je ne vais pas et là j’espère vraiment que nous ne passerons pas tout notre temps dans les métaverses. À mon avis, c’est carrément impossible, même physiquement.

Gartner prédit que d’ici à 2026, on passera 1 h de notre journée avec des casques à des moments opportuns. Ou on veut justement vivre des expériences spécifiques à valeur ajoutée. Eh bien, c’est une bonne conclusion.

On a vu les avantages et les inconvénients.On peut gommer certains aspects discriminants,on peut renforcer certaines valeurs qui nous donnent de la crédibilité, de la puissance, de la force. Mais on peut aussi totalement disparaître et perdre tout ce qu’il y a d’humain.

On en est là pour l’instant, c’est une bonne conclusion.

-On verra, on verra. L’année 2023 va être une année cruciale dans le domaine de l’avatar et des métaverses au travail.

On se dit pas déjà rendez vous en 2023 mais 2023, c’est quand même très bientôt. Il n’y a pas beaucoup de temps à attendre.

-Merci beacoup Nathalie 

-Merci beaucoup.

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.