This website is available in your language EN   EN Close

Retrouvez toute l'actualité Crypto. > Actualités > Approfondir – les forks Bitcoin

Approfondir – les forks Bitcoin

18 juillet 2023

Temps de lecture 7 minutes

Canelle de Balasy

Partagez cet article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

Bitcoin, en tant que première crypto de l’histoire et plus grande crypto du marché, a évidemment suscité beaucoup d’intérêt pour l’écosystème au-delà de la simple utilisation du réseau. Face au gain de popularité de Bitcoin, certains adeptes de ce dernier y ont vu des lacunes qui pouvaient être comblées en modifiant certains paramètres du réseau. C’est dans ce contexte que sont apparus des “forks”, ces versions alternatives de la Blockchain Bitcoin.

 

Pour bien comprendre l’empreinte qu’a eu et qu’a toujours Bitcoin sur le reste du marché des cryptos, il est nécessaire d’avoir en tête ces différents projets inspirés de Bitcoin.

 

Bitcoin Cash (BCH) :

 

Bitcoin Cash (BCH) a été créé en 2017 en raison de divergences d’opinion entre les membres de la communauté Bitcoin sur la façon de résoudre les problèmes de scalabilité et de frais de transaction élevés inhérents à la plateforme Bitcoin. Les partisans de BCH soutenaient que la taille des blocs de transaction de 1 Mo de Bitcoin était loin d’être suffisante pour permettre une adoption et une utilisation en masse du réseau par le grand public.

 

Pour surmonter cette limitation, les développeurs de BCH ont opté pour une augmentation de la taille des blocs de la blockchain à 8 Mo. Cette augmentation de la taille des blocs permettrait non seulement de réduire les frais de transaction et d’augmenter la vitesse de confirmation des transactions, mais permettrait également d’augmenter la capacité de la blockchain.

 

Au-delà de cette augmentation de la taille des blocs, il existe des différences significatives entre Bitcoin et Bitcoin Cash. Tout d’abord, l’algorithme de consensus de BCH utilise une variation de l’algorithme de consensus de Bitcoin, appelé algorithme de consensus de déplacement de difficulté (DAA). Cet algorithme permet à BCH de maintenir une durée moyenne de bloc de 10 minutes tout en ajustant la difficulté de minage en fonction du nombre de mineurs actifs sur la plateforme.

 

De plus, alors que Bitcoin a un plafond de 21 millions de BTC, BCH n’a pas de maximum de fourniture. Les développeurs de BCH ont en effet choisi de ne pas plafonner la quantité maximale de BCH en circulation afin de permettre une commodité supplémentaire pour les utilisateurs et entreprises qui cherchent à adopter et utiliser la plateforme.

 

Enfin, bien que Bitcoin Cash soit considéré comme un fork de Bitcoin, elle est maintenant considérée comme un crypto-actif à part entière, avec son propre marché et ses propres utilisateurs. Bitcoin Cash a également attiré de nombreux utilisateurs et entreprises qui ne sont pas satisfaits des limitations de la plateforme Bitcoin et cherchent des alternatives pour payer moins de frais et des temps de transaction plus rapides.

Cela dit, il convient de noter qu’il y a eu des critiques quant à l’approche de Bitcoin Cash pour résoudre les problèmes de scalabilité et de frais élevés. Certains membres de la communauté des crypto-monnaies ont critiqué la décision d’augmenter la taille des blocs, en affirmant que cela pourrait réduire la décentralisation et augmenter la centralisation sur la plateforme. De plus, certains ont fait valoir que cela pourrait également augmenter les obstacles pour les mineurs, en particulier les mineurs individuels et plus petits.

 

Bitcoin SV (BSV) :

Bitcoin SV (BSV), pour Bitcoin Satoshi Vision, a été créé en 2018 après une scission de la communauté Bitcoin Cash, qui était elle-même un fork de Bitcoin comme vu ci-avant. La scission a été particulièrement motivée par la querelle entre les développeurs de Bitcoin Cash, entre les partisans de Bitcoin ABC et les partisans de Bitcoin SV, qui avaient une opinion différente sur les mises à jour et les modifications du protocole.

 

BSV revendique être la version originale et authentique de Bitcoin, fidèle à la vision originale de Satoshi Nakamoto, le créateur de Bitcoin. C’est pourquoi BSV se concentre sur le rétablissement de la taille des blocs de Bitcoin à 128 Mo, similaire à la taille des blocs de la première version de Bitcoin, publiée en 2009.

 

La principale différence entre BSV et les autres forks de Bitcoin, y compris Bitcoin et Bitcoin Cash, est que BSV se concentre sur la mise à l’échelle pour permettre à la blockchain de traiter de nombreuses microtransactions, plutôt que de concentrer les efforts sur des améliorations d’ordre fonctionnel.

 

En 2018, une mise à jour importante du protocole BSV a été introduite, qui a permis l’utilisation de scripts de manière semblable au langage de programmation Turing-Complete. Cela signifie qu’il est maintenant possible d’écrire des programmes complexes directement sur la blockchain, créant ainsi des contrats intelligents pour l’exécution de contrats commerciaux ou de jeux basés sur la blockchain.

 

Enfin, BSV est différent des autres blockchains dans le sens où elle cherche activement à fonctionner comme une entreprise, tout en cherchant à offrir un protocole blockchain de qualité industrielle aux entreprises et aux développeurs. Cette approche vise à permettre un meilleur traitement des données à grande échelle, tout en maximisant les économies d’échelle pour les entreprises qui l’utilisent.

 

Litecoin (LTC) :

 

Litecoin a été créé en 2011 par Charlie Lee, un ancien ingénieur de Google qui cherchait à améliorer les aspects de vitesse et de coût de transaction du Bitcoin. La principale différence entre Litecoin et Bitcoin est leur capacité de traitement de transaction. Litecoin est en mesure de traiter des transactions plus rapidement que Bitcoin grâce à son algorithme de minage, le Scrypt, qui nécessite moins de puissance de calcul que l’algorithme de minage du Bitcoin, SHA-256.

 

En outre, Litecoin a également un coût de transaction inférieur à Bitcoin, ce qui en fait une option intéressante pour les microtransactions. Litecoin est souvent considéré comme le “frère” de Bitcoin, car il partage de nombreuses caractéristiques avec le plus grand crypto-actif, mais en améliorant certains aspects. Toutefois, Litecoin est limité à un total de 84 millions d’unités, soit quatre fois plus que le plafond de Bitcoin à 21 millions.

 

Une autre différence clé est la relation entre les mineurs et les utilisateurs. Alors que Bitcoin est devenu plus inaccessible pour les mineurs ordinaires en raison de son coût de minage de plus en plus élevé, Litecoin est plus accessible aux mineurs ordinaires et a une politique de récompense pour les mineurs plus favorable, ce qui leur donne une plus grande incitation à continuer de miner la crypto. Enfin, certains experts pensent que Litecoin serait plus adapté aux paiements de tous les jours, tandis que Bitcoin serait mieux adapté à la fonction de réserve de valeur.

 

Cependant, malgré ces différences, Litecoin reste essentiellement similaire à Bitcoin dans sa structure et sa fonctionnalité globale. Les deux crypto-actifs sont basés sur une technologie blockchain similaire et partagent de nombreuses caractéristiques et utilisations communes, notamment les transactions peer-to-peer.

 

A travers ces trois exemples, nous avons pu voir qu’une partie de la communauté Bitcoin souhaite combler les failles de scalabilité de Bitcoin à travers un nouveau réseau inspiré de ce dernier. Cependant, d’autres adeptes de Bitcoin ont pensé à une solution qui fonctionne par-dessus la blockchain Bitcoin mais qui vient combler les limites du réseau en augmentant sa scalabilité : Le Lightning Network

Lightning Network : 

 

Le Lightning Network est une solution de paiement de seconde couche introduite sur la blockchain Bitcoin pour résoudre les problèmes de scalabilité et de frais élevés. Il permet des transactions instantanées de bitcoin à des coûts très faibles voire inexistants.

 

Le Lightning Network fonctionne en créant des canaux de paiement bidirectionnels directs entre deux parties. Les transactions sont effectuées hors chaîne, ce qui signifie qu’elles ne sont pas enregistrées sur la blockchain de Bitcoin, mais plutôt sur une couche de réseau supérieure. Les deux parties créent un contrat intelligent, qui établit des conditions de paiement pour les échanges ultérieurs. Ces transactions peuvent être effectuées en privé entre les deux parties en utilisant la cryptographie.

 

Cette méthode de transaction permet de régler rapidement différentes microtransactions en quelques secondes, ce qui n’est pas possible avec la méthode traditionnelle de traitement de Bitcoin. Le Lightning Network peut traiter des milliers de transactions par seconde, ce qui signifie que les utilisateurs peuvent effectuer des paiements instantanés avec des frais de transaction minimes.

 

Le Lightning Network est utilisé dans plusieurs domaines, notamment pour les paiements de commerce électronique, les pourboires pour les créateurs de contenu en ligne, ainsi que pour les transferts de fonds entre amis et les paiements récurrents. De nombreux fournisseurs de wallets et d’exchanges de crypto-actifs ont commencé à intégrer le Lightning Network dans leur plateforme pour offrir une option de transaction instantanée à faible coût en utilisant Bitcoin.

 

Le Salvador est le premier pays à adopter le Bitcoin en tant que monnaie légale et le Lightning Network comme solution de paiement pour sa population. Le Lightning Network est déjà utilisé fréquemment dans le pays pour les achats courants comme la nourriture et les vêtements. Cette solution est particulièrement utile dans une économie où de nombreuses personnes n’ont pas accès à des services bancaires traditionnels, car les transactions en espèces sont susceptibles d’être plus coûteuses ou plus risquées. Le Salvador est un exemple concret de l’adoption de la crypto pour les paiements courants, grâce à l’utilisation de solutions innovantes telles que le Lightning Network. L’entreprise Fold permet notamment de payer en bitcoin chez Amazon, Starbucks ou encore Uber grâce au Lightning Network. Selon un rapport de Arcane Research, le nombre d’utilisateurs de cette surcouche de Bitcoin pourrait atteindre 700 millions d’ici 2030.

 

Bitcoin Ordinals :

 

Apparu à la fin de l’année 2022, le protocole Ordinals permet de créer des inscriptions de données sur la blockchain Bitcoin. Chaque Bitcoin est divisible en 100 millions d’unités appelées “satoshis” en référence au créateur de Bitcoin. Si l’on parle souvent d’Ordinals comme le moyen d’avoir des “NFTs sur Bitcoin”, le fonctionnement derrière n’est pas le même. Le créateur d’Ordinals insiste d’ailleurs sur ce qui différencie les NFTs des inscriptions sur Ordinals. Ces “artefacts numériques” sont conservés directement on chain dans les blocs contrairement aux NFT qui sont hébergés sur IPFS ou Arweave qui sont des solutions décentralisées de stockage de données.

 

Les Ordinals ont gagné en popularité sur cette première moitié d’année 2023 et ont dépassé la barre symbolique des 10 millions d’inscriptions. Les créateurs des plus grandes collections de NFTs tels quel Yuga Labs, auteur des Bored Apes Yacht Club (BAYC) ont créé des collections sur Bitcoin grâce à Ordinals. En 24h, les ventes d’Ordinals de Yuga Labs ont dépassé les 16 millions de dollars pour un prix de vente entre 50 000 et 160 000 dollars.

 

Certains “Bitcoin Maximalists” ne voient pas d’un bon œil ces inscriptions qui saturent le réseau et causent une augmentation des frais de transaction. D’autres membres de la communauté, eux, voient une évolution et une amélioration de Bitcoin qui permet de plus en plus de choses au delà du simple transfert de valeur en peer-to-peer.

 

Finance Décentralisée (DeFi) :

 

La DeFi trouve ses origines sur la blockchain Ethereum et c’est encore sur cette dernière qu’elle est la plus développée. Cependant, Bitcoin aussi voit des projets naître sur cette thématique avec notamment Sovyrn, qui amène la DeFi sur la blockchain Bitcoin.

 

Sur Sovyrn, il est à la fois possible de trader ses bitcoins et de faire du prêt (lending). Cette application décentralisée est basée sur Rootstock (RSK) une sidechain de Bitcoin qui permet notamment d’utiliser des smart contracts.

 

Bien que peu développée comparativement à la DeFi sur Ethereum, cette possibilité reste une avancée importante pour Bitcoin qui ne cesse de proposer des solutions toujours plus poussées sans sacrifier en décentralisation ou en sécurité.

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !