Académie. > [Série Stablecoins]Les stablecoins basés sur des réserves en crypto actifs

[Série Stablecoins]Les stablecoins basés sur des réserves en crypto actifs

6 avril 2023

Temps de lecture 4 minutes

Canelle de Balasy

Partagez cet article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

Cet article fait partie de notre série sur les stablecoins, qui a pour but de fournir des explications exhaustives sur cet écosystème devenu aujourd’hui indispensable à l’ensemble du marché des crypto-actifs.

 

Notre article sur les stablecoins basés sur des réserves en monnaie fiduciaire [Lien] a montré que si ces outils sont aujourd’hui largement utilisés dans l’univers crypto, ils ont un talon d’achille : la gestion de leurs réserves. Le problème se pose fréquemment de savoir si l’entreprise qui gère le stablecoin possède bien les réserves correspondant aux jetons en circulation, ou si elle les a investies dans des produits financiers plus ou moins liquides.

 

L’alternative est donc la création d’un stablecoin dont les réserves peuvent être auditées en temps réel, donc enregistrées sur la blockchain. Par exemple, si le cours d’Ethereum est à 2000$, et qu’un smart contract conserve un million d’Ethers (ETH), il sera en théorie possible de créer deux milliards d’unités d’un stablecoin donné, dont la valeur correspond à ces réserves.

Le projet MakerDAO a été le premier à utiliser cette technique. Les utilisateurs ont la possibilité de déposer des crypto-actifs dans un smart contract et en échange, le smart contract génère une quantité d’un stablecoin appelé DAI correspondant à ces dépôts. Pour récupérer ses fonds initiaux, l’utilisateur doit renvoyer la même quantité de DAI plus les intérêts correspondant au taux annoncé par MakerDAO. Les DAI récupérés sont alors détruits.

 

MakerDAO fonctionne donc à la fois comme un système de prêt sur gages utilisant des crypto-actifs comme collatéral, et comme une banque centrale, dans la mesure où le smart contract est capable de créer et détruire de la valeur monétaire.

 

Sur MakerDAO, le taux d’intérêt que les utilisateurs doivent payer s’appelle la stability fee. Le cours du DAI est fixé par le marché en fonction de l’offre et de la demande. Si le cours de DAI évolue au-dessus de 1$, c’est que la demande en DAI est trop importante, il faut donc augmenter la quantité de DAI disponible sur le marché. La stability fee est alors diminuée pour encourager la création de nouveaux DAI. A l’inverse, si le cours du DAI est en dessous de 1$, la stability fee est augmentée.

 

Tout cela est bien beau, mais il y a une faille : imaginons un investisseur qui déposerait l’équivalent de 10 000$ en ETH, et emprunterait 10 000 DAI. Si le cours d’Ethereum diminuait, l’investisseur n’aurait alors aucun intérêt à rembourser sa dette pour récupérer son collatéral. Les prêts sur MakerDAO sont donc surcollatéralisés : il faut constamment que le collatéral représente une valeur d’au moins 120 à 150% des DAI empruntés. Si la valeur du collatéral diminue sous la limite définie au moment de l’emprunt, le collatéral est vendu sur le marché automatiquement au plus offrant et les DAI correspondants sont détruits. Ceci permet au protocole de faire en sorte qu’aucun prêt ne soit sous-collatéralisé.

 

MakerDAO est-il la solution parfaite pour gérer un stablecoin ? Pas forcément. A l’heure actuelle, près de deux tiers du collatéral de MakerDAO est sous la forme d’USDC, un stablecoin centralisé dont le collatéral est du dollar. Ceci est dû à un mécanisme créé par MakerDAO pour garantir la stabilité du DAI. Au cours du mois de mars 2023, des problèmes de liquidité sont apparus sur l’USDC, ce qui a provoqué une baisse de son cours, et par contagion, celui du DAI. Beaucoup d’observateurs considèrent ainsi que la valeur du DAI est désormais polluée par l’utilisation massive d’USDC dans ses réserves.

 

Ceci est d’autant plus vrai que des partenariats sont en cours avec des entreprises de la finance traditionnelle comme Société Générale afin de fournir des emprunts en DAI basés sur du collatéral correspondant à des actifs réels (Real World Assets), comme des obligations.

 

Enfin, il est utile de signaler que MakerDAO est un projet qui gagne de l’argent, par le biais des taux d’intérêts appliqués aux emprunts réalisés sur la plateforme. Le projet utilise partiellement ces fonds pour racheter des montants de son actif principal MKR sur le marché et les détruire. C’est l’équivalent d’un rachat d’actions par une entreprise et c’est ce qui donne sa valeur au jeton MKR.

 

Au mois d’avril 2023, le projet MakerDAO a plus de 5 milliards de dollars de fonds sous gestion, ce qui en fait l’un des projets leaders de la finance décentralisée. Des alternatives fonctionnant sur un modèle similaire sont en cours de création, notamment le GHO, créé par le projet Aave, ou le crvUSD de Curve. Mais elles sont encore loin d’avoir la notoriété de MakerDAO.

 

L’idée de créer un stablecoin basé sur des réserves en crypto-actifs est particulièrement intéressante, principalement parce que de tels systèmes fonctionnent via des smart contracts, de façon totalement décentralisée, et que leurs réserves sont transparentes et vérifiées. Le fonctionnement de tels systèmes est cependant relativement complexe, et l’introduction de réserves basées sur autre chose que des crypto-actifs pose des problèmes de confiance.

 

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !