Solidarité Ukraine, nous accompagnons vos dons.  En savoir plus

Comment miner des cryptomonnaies ?

13 décembre 2021

temps de lecture 8 minutes

avatar-auteurManuel Valente

Académie. > Comment miner des cryptomonnaies ? test

Qu’est-ce que le minage ou mining de cryptomonnaies ?

 

Dans le monde des crypto-actifs, on entend souvent parler de minage (ou mining), cette activité qui peut rapporter de confortables revenus en cryptos. Le système repose en grande partie sur le travail des mineurs. Mais le minage est loin d’être évident à mettre en place.

  • Comment miner des cryptomonnaies ? 
  • De quel matériel ai-je besoin ? 
  • Est-ce rentable ?

 

Nous allons voir que le minage de cryptomonnaies consiste surtout en une activité devenue extrêmement concurrentielle qui nécessite des calculs préalables complexes pour prévoir sa rentabilité.

 

À l’origine, les cryptomonnaies sont des systèmes de paiement décentralisés. L’émission de ces monnaies et les décisions les concernant ne sont pas décidées par une banque centrale ou par un acteur unique, mais par un réseau de machines interconnectées. 

 

C’est quoi le minage de cryptomonnaie, concrètement ? Le minage de crypto est l’activité qui consiste, à l’aide de matériel informatique, à vérifier et enregistrer des transactions sur une blockchain. La plupart du temps, le protocole informatique prévoit une rémunération pour ces mineurs, sous la forme de création monétaire de l’actif en question.

 

Chaque mineur est en compétition avec les autres. Pour « graver » un nouveau bloc de transactions dans la blockchain, il est nécessaire de résoudre un problème cryptographique. 

 

Le premier ordinateur à trouver la solution au problème valide ces transactions. Cette validation lui permet de recevoir la récompense prévue. Bien souvent, les mineurs s’organisent en groupes appelés pools qui se répartissent les récompenses si l’un d’entre eux est l’heureux élu.

 

La première blockchain, Bitcoin, a été créée en 2009. C’est à ce moment-là qu’est apparue l’expression « minage de cryptomonnaies ». Au début, seule une poignée de développeurs passionnés par le projet géraient cette étape cruciale. À cette époque, le seul composant informatique utilisé pour le mining était le CPU. Il suffisait amplement aux débuts du Bitcoin, en plus d’être simple d’utilisation. Aujourd’hui, il est uniquement utilisé pour miner de la cryptomonnaie sur smartphone ou navigateur, avec un rendement faible. 

 

Laszlo Hanyecz, connu pour avoir effectué le premier paiement IRL en bitcoins, est aussi célèbre pour avoir été le premier mineur GPU. Il a réussi à adapter l’algorithme pour produire les hashs aux GPU avec succès, obtenant une forte augmentation de hashrate. À l’époque, tous les mineurs utilisaient encore le CPU, mais nombre d’entre eux souhaitaient suivre son exemple. 

 

Lorsqu’il en parle avec Satoshi Nakamoto, l’inventeur du bitcoin, celui-ci se montre inquiet. Il craint que l’usage du GPU limite le minage de bitcoins aux mineurs les mieux équipés, au détriment des autres. Laszlo Hanyecz décide alors de ne plus évoquer sa découverte. Trop tard, le minage GPU prend rapidement de l’essor. Les mineurs le privilégient car cela permet un hashrate bien plus élevé avec, à la clé, plus de sécurité et des transactions à moindre coût. Contrairement aux craintes de Nakamoto, cela n’a pas ralenti la progression du Bitcoin, cela a favorisé son essor : de nombreux mineurs ont rejoint l’aventure.

 

Le minage de cryptomonnaies par FPGA est ensuite apparu. Son succès n’a pas été au rendez-vous : trop coûteux, trop complexe. Il a cependant été à l’origine d’une autre révolution : le mining par ASIC. Cette solution offre un bon rendement énergétique pour un coût plus bas que le FPGA. La mise en place de mineur est aussi plus simple avec le ASIC. En 2022, la majorité des mineurs de cryptomonnaies sont des mineurs ASIC. Le mining a donc connu plusieurs évolutions depuis la création du Bitcoin.

 

Comment fonctionne le minage de cryptomonnaie ?

 

Le minage a deux buts :

  • Créer de nouveaux jetons (miner) ;
  • Vérifier que les transactions en crypto sur la blockchain sont légitimes.

 

Les cryptomonnaies reposent sur la blockchain. Le minage consiste à solutionner des équations cryptographiques complexes. Pour cela, il faut un ordinateur disposant d’une solide puissance de calcul car c’est en réalité lui qui fait tout le travail. Plus les mineurs sont nombreux à résoudre les équations nécessaires à la validation de la transaction, plus la difficulté augmente. Cela fait croître aussi la puissance de calcul nécessaire pour valider la transaction. 

 

Différents types de validation existent :

  • La preuve de travail (PoW : Proof of Work) : ce protocole nécessite une puissance de calcul importante. Lorsqu’un bloc de transaction est rempli, les mineurs s’empressent de résoudre les équations pour le valider. Le premier à réussir gagne la récompense.
  • La preuve d’enjeu (PoS : Proof of Stake) : ce système connaît un succès croissant dans le monde des monnaies virtuelles. Ici, l’objectif des mineurs est de verrouiller des jetons (tokens). Le protocole attribue le droit de valider le bloc à un mineur de manière aléatoire. Plus les mineurs verrouillent de jetons, plus ils augmentent leurs chances de valider le bloc et donc d’obtenir la récompense. 
  • Les autres systèmes : la preuve d’enjeu dispose de plusieurs variantes. Par exemple, le réseau en blockchain Tezos, dont le token est le Tez (XTZ) repose sur la Preuve d’enjeu déléguée (DPoS : Delegated Proof of Stake). Ici, les mineurs peuvent céder leurs jetons verrouillés à d’autres. Ces derniers augmentent leurs chances de débloquer la récompense et en reversent une partie en échange. La blockchain Solana utilise, quant à elle, la Preuve d’histoire (PoH : Proof of History). Dans ce système, les transactions sont horodatées pour valider plus rapidement les blocs.

 

Quel est le rôle d’un mineur de cryptomonnaie ?

 

Un mineur de cryptomonnaie met la puissance de calcul de son ordinateur au service du minage. Il vérifie les blocs de transaction pour les valider. En contrepartie, il reçoit dans la plupart des cas des jetons de la crypto qu’il a minée. Le nombre de jetons en circulation augmente ainsi. Pour le Bitcoin, le montant de la récompense est divisé par deux tous les quatre ans. Le mineur joue un rôle important : la sécurité du réseau et son bon fonctionnement reposent sur son travail. Comme il n’y a pas d’intermédiaire (par exemple, une banque), le mineur remplace le tiers de confiance. C’est pour cette raison que la blockchain est dire « décentralisée ».

 

Comment fonctionne le minage de Bitcoin ?

 

Les mineurs de la cryptomonnaie Bitcoin (BTC) traitent les transactions en bloc et sécurisent le réseau en échange d’une récompense en BTC. Tout individu peut ajouter un bloc à la blockchain, mais pour cela l’ordinateur doit trouver la solution à l’équation. Plus l’ordinateur est rapide, plus le nombre de solutions possibles augmente. Il doit traiter les informations de toutes les transactions devant être ajoutées au bloc. C’est un algorithme qui les exécute. Lorsque l’algorithme trouve la solution, le mineur peut ajouter le bloc. Le minage de Bitcoin se fait via le protocole de preuve de travail. 

 

Comment fonctionne le cloud mining ?

 

Ce nouveau service offre la possibilité de miner des cryptomonnaies sans devoir acheter ou installer de matériel. Le principe du cloud mining est le suivant : une entreprise investit dans le matériel nécessaire pour miner efficacement. Elle gère tout l’aspect technique, les factures énergétiques, l’achat de matériel… Elle propose aux particuliers des contrats pour « louer » sa puissance de calcul en cloud. Le particulier n’a donc rien à faire, si ce n’est investir. En contrepartie, il obtient des revenus issus du minage. Bienvenue dans l’ère du cloud mining.

 

Le cloud mining offre la possibilité de miner des cryptomonnaies sans devoir acheter de matériel

 

Ce service se présente sous la forme d’un contrat. L’utilisateur choisi la cryptomonnaie à miner et la puissance de calcul louée. L’entreprise de mining se charge du reste. 

 

Au niveau mondial, les entreprises de cloud mining s’installent dans les pays qui proposent un faible coût de l’électricité. Pour le particulier, cela paraît très avantageux au premier abord, car il n’investit pas dans le matériel nécessaire, ne subit pas les désagréments du minage à domicile (bruit, chaleur, consommation), et son contrat est conclu en quelques clics.

 

Même dans le cadre du cloud-mining, il n’y a donc pas de solution miracle. De nombreuses recherches sont nécessaires au préalable, notamment pour connaître le sérieux de l’entreprise, pour savoir si les cryptomonnaies proposées sont intéressantes à miner et pour faire des simulations de rentabilité.

 

Comment miner des cryptomonnaies ?

 

Il suffit d’installer un logiciel sur un ordinateur qui utilisera un processeur ou une carte graphique, afin de résoudre des problèmes cryptographiques. Plus le processeur ou la carte graphique sont puissants, plus la puissance de calcul sera forte. Une puissance de calcul élevée permet d’améliorer les performances de minage mais engendre des coûts plus élevés, notamment en énergie.

 

Comment miner des cryptomonnaies ? Pour miner, il faut installer un logiciel de minage qui utilisera une carte graphique ou un processeur.

 

Avec quel matériel peut-t-on miner des cryptomonnaies ?

 

L’équipement du mineur se compose avant tout d’un ordinateur capable de gérer l’activité de cryptomining. Il peut assembler lui-même les différents composants. Il lui faudra aussi investir dans :

  • Un bloc d’alimentation assez puissant pour supporter la consommation énergétique des composants du PC. Une prise parafoudre et surtension sera aussi utile ;
  • Un système de ventilation ou une climatisation pour rafraîchir la pièce ; 
  • Un ledger wallet ou portefeuille virtuel sécurisé pour stocker ses cryptomonnaies. 

 

Le mineur peut aussi investir dans une plateforme de minage de crypto (mining rag). Il s’agit d’un ordinateur assemblé spécialement pour le minage. Il est équipé de plusieurs cartes graphiques et processeurs et possède un système de ventilation adapté.

 

Prenons le cas des deux cryptomonnaies les plus connues, Bitcoin et Ethereum. 

 

Le matériel pour le minage de Bitcoin

 

Pour miner du Bitcoin, vous aurez besoin de machines appelées ASICs, qui sont des ordinateurs spécialisés qui ne font qu’une tâche, le minage, mais la font très efficacement. Il est en théorie possible de miner du Bitcoin avec un ordinateur classique, mais sa puissance sera ridicule face au plus modeste des ASICs. Ce matériel s’achète en général en ligne, voire directement auprès des fabricants chinois. Ce sont des machines chères, et la demande actuelle est telle qu’il est extrêmement difficile de s’en procurer. Les modèles les plus utilisés pour le minage de cryptomonnaie en France en 2022 sont : Bitmain Antminer S5, Antminer T9, AvalonMiner 741 et Bitmain Antminer D3.

 

Le matériel pour le minage d’Ethereum

 

En ce qui concerne Ethereum, c’est un peu plus simple, dans la mesure où il faut utiliser des cartes graphiques connectées à un PC pour le miner. On peut les trouver sans trop de difficulté dans des magasins d’informatique ou sur des sites d’e-commerce.

 

La rentabilité d’une opération de minage peut être complexe à calculer. Prenons un exemple : les cartes vidéo Nvidia sont actuellement très prisées pour miner sur Ethereum. On mesure habituellement la capacité de minage d’une carte vidéo par le nombre de Hashs par seconde. Mais il ne faut pas oublier le coût principal que cette activité engendre, à savoir l’électricité. La vraie mesure de l’efficacité d’une carte est donc à mesurer en MH/s/W (megahash par seconde par watt, ou plus exactement megahash par seconde-watt).

 

  • La CMP 170XH affiche ainsi une impressionnante capacité de 162 MH/s pour 223 W de consommation énergétique. Sa rentabilité est de 6,45 USD/jour.
  • La RTX A5000 atteint un taux de 105 MH/s pour 222 W. Sa rentabilité est de 4,18 USD/jour.

 

Comment fonctionne une ferme de minage ?

 

Une ferme de minage est un lieu dans lequel sont installés une grande quantité d’ordinateurs et serveurs dédiés au minage de crypto. Cela permet aux mineurs de générer une immense puissance de calcul pour augmenter leurs possibilités de gains. 

 

Quelles sont les cryptomonnaies que l’on peut miner ?

 

Il en existe un grand nombre. Voici les principales à connaître :

  • Bitcoin (BTC) ;
  • Ethereum (ETH) ;
  • Dash (DASH) ;
  • Cardano (ADA) ;
  • Bitcoin Gold (BTG) ;
  • Monero (XMR) ;
  • Grin (GRIN) ;
  • Litecoin (LTC) ;
  • ZCash (ZEC) ;
  • Dogecoin (DOGE) ;
  • Ravencoin (RVN).

 

Comment investir dans le mining de cyrpto ?

 

En 2022, en tenant compte des coûts d’électricité, une carte graphique Nvidia CMP 170XH peut rapporter environ 6 euros par jour. Sur un mois, on peut donc atteindre plus d’une centaine d’euros, ce qui n’est pas négligeable, surtout si on multiplie le nombre de cartes. Mais ce matériel a un coût : de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’euros selon la carte graphique choisie, auxquels s’additionne un processeur, de la mémoire, et tout ce qui est nécessaire pour construire un PC.

 

En gros, il faut compter au moins une année entière pour rentabiliser l’achat du matériel, à la suite de quoi il est possible de voir les premiers bénéfices, en gardant à l’esprit la valeur éventuelle de revente qui peut être engendrée, mais également son obsolescence : de nouvelles cartes sortent chaque année, toujours plus puissantes.

 

La versatilité des cryptomonnaies est aussi à prendre en compte. Le mineur reçoit des jetons de la crypto qu’il a minée. Si le cours de celle-ci se stabilise ou augmente, il peut gagner des sommes intéressantes. Mais si le cours s’effondre, ses jetons perdent aussitôt en valeur. 

 

La question se pose alors : faut-il investir dans du matériel qui, au bout d’un an, nous permet juste de revenir à notre point de départ ou bien acheter des cryptoactifs ? Force est de constater que pour la plupart des années, les revenus engendrés par la simple détention de cryptoactifs sont bien supérieurs au revenu que le minage en tant qu’activité individuelle peut engendrer.

 

Conclusion

 

Si dans le passé il était envisageable pour un particulier d’investir dans du matériel informatique pour gagner de l’argent avec le minage, une telle proposition est aujourd’hui très difficile à maintenir, principalement à cause d’acteurs professionnels qui saturent le marché avec une puissance de calcul colossale.


Il nous apparaît qu’une bien meilleure proposition est d’investir dans les cryptomonnaies, dont la valeur peut évoluer suffisamment rapidement pour offrir des gains beaucoup plus appréciables que par le biais du minage.

Vous aimerez aussi.

Devenez un investisseur averti !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.