Académie. > Parcours Académie > Approfondir – Les origines de la Psychologie des Marchés

Approfondir – Les origines de la Psychologie des Marchés

30 août 2023

temps de lecture 5 minutes

avatar-auteur

Partagez cet article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

Comprendre les motivations humaines derrière les fluctuations des cours

La psychologie des marchés, une branche éminente de l’économie comportementale, explore les liens complexes entre l’esprit humain et les marchés financiers. En sondant les motivations, les émotions et les comportements des investisseurs, cette discipline éclaire les raisons derrière les fluctuations parfois mystérieuses et apparemment irrationnelles des prix des actifs. Pour comprendre les origines de la psychologie des marchés, il est essentiel d’examiner ses fondements historiques et les théories qui l’ont façonnée.

 

Les premiers échos de la psychologie des marchés peuvent être retrouvés aux fondements de l’économie classique, notamment dans les travaux d’Adam Smith, auteur de “La Richesse des Nations” (1776). Smith a observé que les marchés étaient influencés par les perceptions et les émotions des individus. Il a introduit le concept de “main invisible”, affirmant que les actions individuelles, bien que guidées par l’intérêt personnel, pouvaient contribuer au bien-être collectif.

 

La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle ont vu l’émergence d’idées qui jettent les bases de la psychologie des marchés. Les travaux du psychologue allemand Wilhelm Wundt et du père de la psychanalyse Sigmund Freud ont jeté les bases de la compréhension de l’esprit humain et de ses processus. Cependant, ce n’est qu’après la crise de 1929 que ces notions de comportement irrationnel et d’émotions ont été intimement liées aux marchés financiers.

 

La théorie de l’utilité espérée, proposée par John von Neumann et Oskar Morgenstern dans leur ouvrage “Théorie des Jeux et Comportement Économique” (1944), a également jeté les bases de la psychologie des marchés. Cette théorie a remis en question la supposition selon laquelle les individus prennent toujours des décisions rationnelles pour maximiser leurs gains. Elle a montré que les comportements humains étaient influencés par des émotions et des préférences individuelles.

 

Le véritable tournant dans le développement de la psychologie des marchés est survenu avec l’émergence de la finance comportementale dans les années 1970 et 1980. Les travaux de chercheurs tels que Daniel Kahneman, Amos Tversky et Richard Thaler ont mis en lumière les biais cognitifs et les schémas de pensée déviants qui influencent les décisions financières. Le concept clé de cette période est l’observation que les investisseurs ne sont pas toujours rationnels et que leurs émotions et leurs réactions impulsives peuvent avoir un impact significatif sur les marchés.

L’une des contributions majeures de la psychologie des marchés est la mise en évidence des biais cognitifs, qui sont des distorsions systématiques de la pensée rationnelle. Des biais tels que l’aversion aux pertes, l’illusion de contrôle et l’effet de disposition ont été identifiés comme ayant un impact significatif sur les choix financiers. De plus, les heuristiques, qui sont des règles simples et rapides utilisées pour prendre des décisions, peuvent également conduire à des erreurs d’évaluation et à des jugements biaisés.

 

La psychologie des marchés met en évidence l’impact des émotions, telles que la peur, la cupidité et l’optimisme, sur les comportements des investisseurs. Les cycles émotionnels des marchés sont un modèle conceptuel qui décrit comment les émotions évoluent au fil du temps et influencent les prix des actifs. Ce cycle commence souvent par une phase d’optimisme, où les investisseurs sont confiants et les prix augmentent. Cela est suivi par la nervosité et l’incertitude, puis par la peur et la panique en cas de baisse des prix. Finalement, le cycle se stabilise avec une phase de récupération et d’euphorie modérée.

 

Les bulles spéculatives, caractérisées par une hausse excessive et insoutenable des prix des actifs, ont été un domaine clé d’exploration pour la psychologie des marchés. Le phénomène d’effervescence irrationnelle, où les investisseurs sont pris dans un engouement collectif, a été mis en avant par les travaux de Robert Shiller et de son ouvrage “Irrational Exuberance” (2000). Shiller a montré que les bulles étaient souvent alimentées par des sentiments d’optimisme excessif et de confiance dans les rendements futurs.

 

L’avènement de la communication en temps réel et des médias financiers a renforcé l’interaction entre la psychologie des individus et les marchés. Les cycles d’information rapide peuvent amplifier les réactions émotionnelles des investisseurs, conduisant à des fluctuations brusques et exagérées. Les réseaux sociaux et les forums en ligne ont également donné naissance à des phénomènes tels que le trading en meute, où les investisseurs suivent aveuglément les décisions des autres sans évaluation rigoureuse.

 

Au fil des décennies, la psychologie des marchés a continué à évoluer, avec une reconnaissance croissante de la complexité des comportements humains et de leurs effets sur les marchés financiers. Des domaines tels que la neuroéconomie, qui explore les bases neuronales des décisions économiques, et l’étude de l’impact de l’intelligence artificielle sur la psychologie des marchés ont émergé.

 

La psychologie des marchés a des implications pratiques significatives pour les investisseurs, les gestionnaires de fonds et les régulateurs. Les professionnels du secteur financier peuvent intégrer les enseignements de la psychologie des marchés dans leurs stratégies pour prendre en compte les comportements humains et atténuer les effets des biais cognitifs. Par exemple, l’utilisation de l’analyse comportementale peut aider à identifier les signes avant-coureurs de bulles spéculatives ou de krachs potentiels.

La psychologie des marchés est d’autant plus utilisée aujourd’hui avec la montée en puissance de l’intelligence artificielle et de l’analyse big data. La psychologie des marchés a évolué pour inclure des approches plus quantitatives. L’utilisation d’algorithmes sophistiqués peut identifier des schémas de comportement des investisseurs et des tendances émotionnelles à partir de vastes ensembles de données. Cela ouvre la voie à des prévisions plus précises des mouvements du marché en fonction des facteurs psychologiques.

 

En somme, la psychologie des marchés a ses racines dans les prémices de l’économie classique, mais elle a gagné en importance grâce à la fusion des idées de la psychologie et de la finance comportementale. Elle jette une lumière fascinante sur la manière dont les émotions, les biais cognitifs et les réactions humaines façonnent les marchés financiers. Alors que la discipline continue de se développer, elle offre une perspective plus riche et nuancée sur les mécanismes complexes qui sous-tendent les fluctuations économiques mondiales. Comprendre ces facteurs psychologiques permet aux acteurs du marché de prendre des décisions plus éclairées et de mieux anticiper les réactions des investisseurs face aux événements économiques. Tant que les humains seront impliqués dans les processus de décisions de gestion, la psychologie des marchés restera une pierre angulaire pour expliquer et interpréter les mouvements financiers, en intégrant l’aspect humain derrière les nombres.

 

Comment se servir de la psychologie des marchés pour devenir un meilleur investisseur ?

 

La meilleure façon d’appréhender cette dernière est d’établir une stratégie à laquelle on se tient. L’improvisation est systématiquement dirigée par les émotions citées plus haut et source de mauvaises décisions de gestion. Lorsqu’un investisseur comprend les cycles de marché, il peut de façon plus précise estimer dans quelle phase le marché se situe pour décider s’il est plus opportun d’avoir un biais haussier ou baissier.

 

Ces prises de décision demandent de l’expérience, de l’expertise et peuvent être très chronophages. Si un tel exercice n’intéresse pas l’investisseur, il peut s’avérer judicieux de confier la gestion de son portefeuille à un professionnel réglementé, tout particulièrement dans le secteur des crypto-actifs dont la volatilité n’a pas son pareil.

 

Avec le compte Premium de Coinhouse, la crypto n’aura plus de secrets pour vous. Un accompagnement construit sur-mesure, pour vous apporter toutes les connaissances et les conseils de nos experts afin de tout savoir de la crypto et de maîtriser vos investissements. Le compte premium de Coinhouse, ce sont des contenus exclusifs toutes les semaines, des formations et des webinaires réguliers, une formation initiale en direct pour maîtriser l’intégralité des bases crypto, et des rendez-vous fréquents avec votre chargé de compte pour gérer votre portefeuille.

Vous aimerez aussi.

Comment investir dans la crypto monnaie ?

Comment investir dans la crypto monnaie ?

La crypto, apparue il y a une décennie, a bouleversé le monde financier traditionnel. Sa montée fulgurante et sa capacité à redéfinir les paradigmes financiers ont suscité un intérêt croissant, tant parmi les investisseurs institutionnels que parmi les particuliers. Depuis la création du Bitcoin en 2009, le premier et le plus célèbre des crypto-actifs, le secteur a connu une croissance exponentielle. Aujourd’hui, il existe des milliers de crypto-actifs, chacun avec ses propres caractéristiques et utilisations.

Devenez un investisseur averti !