This website is available in your language $languageName   EN Close

Solidarité Ukraine, nous accompagnons vos dons.  En savoir plus

Académie. > Altcoins. > Qu’est-ce que Enjin (ENJ) ?

Enjin (ENJ) : le guide pour tout comprendre

31 mai 2019

temps de lecture 6 minutes

avatar-auteurManuel Valente

Partagez cette article

Share on LinkedIn
Share on Twitter
Share on Facebook
Share on Instagram
Share on Whatsapp

Dans une première partie, nous avions vu les aspects positifs du projet Enjin : la compétence de ses équipes et un produit pouvant répondre à une réelle demande. Toutefois, lorsqu’il s’agit de réfléchir d’un point de vue investissement dans le token en tant que tel, des zones d’ombre apparaissent. Notamment le fait que le Enjin Coin soit un ”Utility token” dont l’utilisation proposée est loin de garantir sa valeur sur le long-terme. Dans ce nouvel article, nous vous expliquons tout ce qu’il faut savoir sur la crypto Enjin.

Enjin crypto, c’est quoi ?

ENJ est une cryptomonnaie créée en 2017. On ne compte plus le nombre de cryptomonnaies désormais disponibles sur le marché. Pourtant, Enjin Coin réussit à se distinguer. Cela a sans doute à voir avec la communauté des joueurs et développeurs de jeu enthousiasmés par ce projet. ENJ est, en effet, un projet crypto basé avant tout sur le secteur du jeu vidéo. Elle pourrait, à terme, devenir la monnaie virtuelle la plus prisée pour l’échange de jeux vidéos ou tout autre objet numérique.

Création d’ENJ

Les prémices d’Enjin crypto remontent à 2009, mais elle est créée officiellement en 2017 par la société Enjin. La plateforme Enjin, s’il faut encore la présenter, est un véritable écosystème favorisant la création d’actifs, mais aussi la distribution, le stockage et le trading.

Histoire de Enjin Coin

L’histoire de ENJ Coin remonte à 2009. Maxim Blagov et Witek Radomski, les cofondateurs d’Enjin, s’associent pour créer cette plateforme. Celle-ci prend rapidement de l’ampleur, réunissant 20 millions d’utilisateurs dans le monde après seulement quelques années d’existence. Blagov et Radomski assistent à l’essor des cryptomonnaies et entrevoient rapidement tout le potentiel de ces nouvelles monnaies virtuelles.

En 2017, les cryptos et ICO deviennent incontournables. Enjin décide alors de s’orienter vers ce secteur porteur. Derrière l’idée de créer Enjin Blockchain, il y a une ambition plus forte encore. Blagov et Radomski veulent réunir les univers du jeu vidéo et des blockchains afin de développer de nouveaux écosystèmes inédits. Cela pourrait permettre aux mondes virtuels de disposer d’une réelle représentation économique, avec des objets ingame facilement échangeables ou partageables d’un univers à l’autre. Ils ne sont pas les premiers à imaginer cette possibilité, mais ils ont décidé de la mettre en œuvre grâce à ENJ. C’est l’un des projets cryptos les plus innovants. Le secteur du jeu vidéo lui porte aussitôt un enthousiasme fort, et cela n’a pas changé depuis.

En 2017, Enjin lance une ICO. Le succès est au rendez-vous : les fondateurs parviennent à lever 18,9 millions de dollars. Le jeton ERC-20, Enjin Coin (ENJ), voit le jour officiellement en 2018. Blagov et Radomski peuvent alors se lancer dans une longue série d’innovations liées aux mondes virtuels. Ils développent dans la foulée la plateforme Enjin, entièrement pensée pour le secteur du jeu vidéo. Grâce à elle, il devient possible aux jeux de créer leurs propres jetons fongibles ou non fongibles.

Enjin a été l’un des premiers projets à exploiter le Raiden Network. Il s’agit d’une version d’Ethereum du Lightnining work. ENJ est ensuite passée à Efinity.

En 2020, Enji lançait le programme Enjin Adopter. À cette occasion, elle est parvenue à embarquer dans l’aventure plus de 30 développeurs d’applications et jeux. L’objectif était de les assister dans la construction, le financement, la monétisation puis la vente de leurs jeux blockchains.

Aujourd’hui, l’équipe derrière Enjin est toujours composée de ses deux fondateurs, Maxim Blagov, désormais CEO, et de Wiket Radomski. Pat Labine assure la vice-présidence et le management des équipes. Enjin a aussi développé en parallèle des partenariats avec des acteurs clés. Parmi eux se trouvent Samsung, Unity et PC gamer, des références dans le secteur du jeu vidéo. Nous pourrions aussi citer le constructeur BMW : les utilisateurs de l’application BMW Vantage ont la possibilité de convertir leurs points de récompense en ENJ Coin.

Enji Coin dispose d’une réserve totale de 1 milliard de jetons. Plus de 800 millions sont déjà en circulation.

Principes de fonctionnement de crypto Enjin

Comme nous l’avons évoqué précédemment, ENJ est un jeton ERC-20 construit sur la blockchain d’Ethereum. Cela lui permet de fournir des transactions et des smart contracts.

Enjin propose de nombreuses fonctionnalités grâce à son API publique, dont la création et la gestion de biens virtuels. Elle dispose aussi de plusieurs DSK : ENJ propose des kits de développement logiciel, pour Unity notamment. Les développeurs peuvent ainsi facilement intégrer leurs projets existants ou non. Nous pouvons également citer Enjin Beam, un système permettant aux développeurs d’envoyer des NFT via un scan de QR code.

Même si projet Enjin a de quoi enthousiasmer, il possède des limites dans son fonctionnement.

Pour commencer, ENJ n’est pas une monnaie. Au contraire, les développeurs de jeux sont plutôt fortement invités à utiliser les services d’Enjin pour développer leur propre monnaie. Posséder une monnaie commune à de nombreux jeux ne fait d’ailleurs aucun sens économique car l’échelle et le scénario de chaque jeu diffère, des millions d’unités de monnaies sont bien peu dans un 4X comme Civilisation VI, où le joueur est invité à prendre le contrôle d’une nation alors que c’est une fortune pour tout jeu qui se place au niveau d’un individu.

Les jeux ayant différents niveaux de difficulté selon le public visé, avoir une monnaie commune donnerait l’opportunité de s’enrichir dans un jeu plus simple pour être riche dans un jeu plus hardcore gamer.

ENJ n’a pas non plus de quoi convaincre en actif. Sa rareté est plutôt relative : la seule utilisation du ENJ  que nous avons pu décerner est la possibilité optionnelle d’incorporer des ENJ coins dans des objets créés afin “d’en assurer une valeur intrinsèque dans le temps”. Cette possibilité est laissée à la discrétion des créateurs de jeu.

C’est ainsi que près de 9 millions d’ENJ tokens sont actuellement incorporés dans divers objets virtuels (items). Sur sa marketplace, Enjin compte plus de 10 millions d’articles numériques à disposition des utilisateurs. Mais ceci est parfaitement réversible : à tout moment, celui qui possède un objet peut choisir de “retirer” ces ENJ tokens pour décider de les vendre sur les marchés.

Autre point plus important : les tarifs prohibitifs de la génération de tokens liés à des Items : pour le créateur du jeu, il faudra s’acquitter de 20$ de frais de service pour chaque item généré. Si la somme peut d’abord sembler raisonnable, il faut considérer qu’un jeu standard représente des dizaines, voire des milliers d’objets pour les RPG.

Nous partons du principe que si quelqu’un dispose des compétences nécessaire à la création et au développement d’un jeu vidéo, s’inspirer d’Enjin pour, par la suite, publier soi-même des smart-contrats de token 721 dans un écosystème basé sur l’open-source est aisément faisable. Une grosse faiblesse pour l’utilisation de la plateforme sur le long-terme donc.

Par ailleurs, l’idée même de “bloquer” un actif par nature extrêmement volatil comme le ENJ dans un item de jeu vidéo pour en assurer la valeur sur le long-terme nous semble peu optimale. Si ce choix devait être fait, un Stablecoin ou un cryptoactif qui a fait ses preuves, tel que le Bitcoin, semble mieux adapté, avec par exemple le WBTC : représentation du bitcoin dans un token Ethereum.

Un autre élément à retenir sur le fonctionnement d’Enjin Coin est qu’elle ne peut pas être minée.

 

Bloc – Comment acheter de la crypto monnaie ?

Enjin blockchain

Le token ENJ est un ERC-20 natif de la blockchain Ethereum. Comme le montre l’extrait de leur Whitepaper de 2017 en illustration, il ne fait pas de doute que l’équipe d’Enjin a souhaité sincèrement se développer sur Ethereum.

Cependant et de manière pragmatique, constatant que les solutions de scalabilité du réseau principal Ethereum ont un certain retard et que le réseau en l’état ne permet pas à court terme d’héberger les ambitions d’Enjin, les équipes se penchent depuis 2018 sur des solutions alternatives.

Si la solution définitive n’a pas encore été adoptée, le consensus semble se former sur une solution de type sidechain qui se servira du réseau principal Ethereum pour ancrer le strict minimum d’états nécessaires à la bonne sécurité.

C’est le type de solution privilégiée par la majeure partie des acteurs de l’écosystème, car cela minimise les frais de transactions, permet un plus grand nombre d’interactions et libère en partie de la contrainte de devoir posséder des ETH pour payer les frais de transactions.

Enjin s’est donc dans ce sens déjà doté de son propre Block Explorer : EnjinX, pour l’instant simple réplique de produits tels que Etherscan.io mais aisément modifiable pour observer une blockchain parallèle à Ethereum.    

Enjin coin : notre avis

Enjin n’est pas une arnaque, le projet est sérieux et dispose très certainement des ressources humaines, techniques et financières pour mener à bien ses ambitions. Malgré tout, notre avis sur le token ENJ est plutôt négatif.

En effet, tragédie commune des Utility Tokens, leur valorisation long-terme n’a souvent rien à voir avec le succès du projet qui les a mis à disposition. Par exemple, si Aragon est un projet dont nous louons régulièrement la qualité dans nos colonnes, le ANT token cherche encore son utilité, ce qui se ressent fortement dans sa valorisation.

Il existe un milliard d’ENJ coins, un peu moins de 80 % ont été distribués lors des différentes phases de l’ICO et l’équipe en a conservé une partie raisonnable, selon les standards de 2017, pour financer le projet sur le long-terme.

En résumé, si la crypto Enjin nous semble un projet sérieux, la proposition de valeur de son token ENJ ne semble pas intrinsèquement compatible avec un investissement long-terme. Le ENJ nous semble plutôt un cas d’école de la tragédie de cette forme d’Utility Tokens, générés en 2017 comme levier pour récupérer des fonds dans un contexte favorable, mais qui désormais perd beaucoup d’intérêt dans l’écosystème crypto qui continue d’évoluer vers de nouveaux modèles.

Vous aimerez aussi.

Qu’est-ce que Shiba Inu (SHIB) ?

Qu’est-ce que Shiba Inu (SHIB) ?

Créée en 2020 par le pseudonyme Ryoshi, Shiba Inu est une cryptomonnaie qui se classe dans la catégorie des meme coins, c’est-à-dire des cryptomonnaies initialement conçues comme des blagues. Son nom fait référence à la race de chiens Shiba Inu, utilisée comme symbole...

Qu’est-ce que le Dogecoin (DOGE) ?

Qu’est-ce que le Dogecoin (DOGE) ?

Le Dogecoin a été créé par les ingénieurs Billy Markus et Jackson Palmer en 2013 comme déclinaison d’un mème (un élément viral sur Internet). Son effigie est le Shiba Inu, un chien de race japonaise. Originellement une blague, le Doge s’est progressivement érigé en un...

Qu’est-ce que Aragon (ANT) ?

Qu’est-ce que Aragon (ANT) ?

Aragon est un projet suivi par Coinhouse, qui propose une nouvelle façon de gérer des entreprises et projets, en utilisant les avantages de la blockchain Ethereum. L’équipe, portée par Luis Cuende et Jorge Izquierdo a sorti la semaine dernière la version 0.6 de leur...

Devenez un investisseur averti !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.